Turkeys testing

Publié le 11 Janvier 2018

Série : la ventilation par temps froid – la gestion des niveaux de gaz

Par temps froid, les premières mesures à prendre pour préserver le confort des oiseaux consistent à vous assurer de la bonne isolation de votre poulailler, à éviter les courants d’air et à maintenir un flux d’air approprié. Une fois cela fait, il est important de mesurer et de contrôler le niveau des gaz dans l’environnement des oiseaux. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de situations susceptibles d’affecter le poulailler, ainsi que les risques associés à des niveaux de gaz indésirables.

Situation 1

Lorsque vous vous rendez dans le poulailler, vous constatez que vos dindonneaux se meuvent lentement et se serrent les uns contre les autres. Après avoir mesuré la qualité de l’air à l’aide d’un appareil de mesure du dioxyde de carbone, vous découvrez que les niveaux sont supérieurs à 2 500 ppm.

poults huddled

Les risques

L’inactivité des dindonneaux peut traduire un niveau élevé de dioxyde de carbone dans l’air. Le dioxyde de carbone se forme à partir de la combustion normale du gaz utilisé pour chauffer les radians et de la respiration des oiseaux. Des poches contenant des niveaux élevés de dioxyde de carbone peuvent se former lorsque la ventilation ou le mélange de l’air sont insuffisants. Le niveau de dioxyde de carbone est un indicateur important de la qualité globale de l’air. Des études menées par l’Université de Géorgie ont permis de découvrir que durant les tous premiers jours de vie des oiseaux, ces derniers, mais aussi les appareils de chauffage, produisaient la majeure partie du CO2. 

Toutefois, à l’issue des 7 premiers jours, la priorité doit être donnée au contrôle des niveaux d’humidité, ces derniers augmentant à un rythme plus rapide. En maintenant le taux d’humidité sous les 60 %, vous devriez obtenir de bons niveaux de C02, ce qui profitera à la santé des oiseaux, quel que soit leur âge. De plus, si vous veillez à ce que la litière reste sèche et les niveaux d’ammoniaque faibles, vos dindonneaux seront moins affectés, surtout si vous avez étanchéifié le poulailler en prévision de la saison froide. Nous aborderons l’impact de la température et de l’humidité dans le prochain volet de cette série consacrée à la ventilation par temps froid.

Situation 2

Après avoir utilisé les appareils de chauffage pendant quelques jours, vous remarquez que les niveaux de monoxyde de carbone sont élevés. 

monitoring co

Les risques

Le risque associé à des niveaux de CO élevés réside dans le fait que ce gaz se fixe sur l’hémoglobine, ce qui a pour effet de priver les tissus d’oxygène. Et cette toxicité affecte tout autant les dindonneaux que le personnel des poulaillers. Une bonne maintenance des radians est essentielle pour éviter cette situation ou y remédier. Même lorsque le poulailler est correctement ventilé, si un radian émet des niveaux élevés de monoxyde de carbone, cela aura immanquablement des effets néfastes sur la santé des oiseaux comme sur celle des personnes travaillant sur place. Il est donc important de maintenir ces niveaux sous la limite de 20 ppm.

Situation 3

En déambulant dans le poulailler, vous sentez une légère odeur d’ammoniaque. Après avoir effectué une mesure de l’air, il s’avère que les niveaux d’ammoniaque sont supérieurs à 25 ppm.

Les risques

Les niveaux d’ammoniaque élevés ont des effets parmi les plus nocifs pour la santé des oiseaux. Une exposition prolongée à l’ammoniaque détruit le système immunitaire, ce qui augmente la vulnérabilité des animaux face à un certain nombre de risques sanitaires. De plus, l’ammoniaque détruit les cils tapissant les voies respiratoires, ce qui permet à la poussière de s’infiltrer dans les sacs alvéolaires. Il est donc important de surveiller régulièrement les niveaux d’ammoniaque, d’autant que vous pouvez vous y habituer et ne plus remarquer leur augmentation.

cilia effect
Effets de l’ammoniaque sur les cils des sacs alvéolaires

Outils et niveaux de gaz recommandés

  • Mesure du dioxyde de carbone - niveaux cibles inférieurs à 2 500 ppm
  • Mesure du monoxyde de carbone - niveaux cibles inférieurs à 20 ppm
  • Mesure de l’ammoniaque - niveaux cibles inférieurs à 25 ppm

En assurant une ventilation adéquate dans vos poulaillers par temps froid, vous pourrez mieux contrôler les gaz présents dans l’environnement. Toutefois, des inspections régulières avec les outils mentionnés et l’observation du comportement des oiseaux vous permettront de déterminer clairement s’il est nécessaire de procéder à de nouveaux ajustements au niveau de la ventilation ou si les radians nécessitent une maintenance.