strutting poult

Publié le 10 Mai 2017

Petit mais costaud : comment exploiter pleinement le potentiel de vos dindonneaux

Quoi de plus agréable pour un producteur de dindes que de regarder un lot de dindonneaux faire ses premiers pas, glousser et picorer avec entrain ? Ils ne sont pas seulement curieux – et adorables. Ils dépendent de vous pour leur bien-être et pour leur santé, et vos efforts auront un impact direct tout au long de leur développement.

Comme n'importe quels bébés, les dindonneaux ont besoin de beaucoup d'attention pendant leurs premiers jours. Les parents de nouveaux-nés prendront toutes les mesures qui s'imposent pour protéger leur enfant des germes et s'assurer qu'il a suffisamment à manger, qu'il n'a ni trop chaud ni trop froid, et que tout va pour le mieux. C'est exactement la même chose pour vous et vos dindonneaux.

Comment s'assurer que chaque aspect de la préparation, de la réception de votre prochaine livraison jusqu'aux premières phases du démarrage, est maîtrisé ? Comment réunir tous les éléments qui contribueront au succès de l'opération ? Les points suivants font l'unanimité parmi les producteurs du monde entier. Ils peuvent être regroupés en deux catégories : avant la livraison, et après la mise en place des dindonneaux.

Avant la livraison – préparation proactive

  • Il est impératif que le cycle à vide soit suffisamment long pour minimiser ou éliminer les pathogènes potentiels

Nous recommandons un cycle de 21 jours, dont 7 (sur les 21) à vide. Cette période s'intercale après le nettoyage mais avant le début des préparations pour le prochain lot. 

  • Les circuits d'alimentation en eau doivent être nettoyés

Si vous vous demandez pourquoi il est nécessaire de procéder à une désinfection de l'eau alors qu'elle est saine et potable, sachez que le problème ne vient pas de l'eau mais des canalisations qui composent le circuit d'alimentation interne de vos installations. Une flore microbienne appelée biofilm se développe à partir des éléments naturellement présents dans l'eau que sont le fer, le manganèse et le souffre, ainsi qu'à partir des éléments ajoutés comme les probiotiques, les acides critiques et organiques, les vitamines, les vaccins et les substituts de lait. C'est pourquoi il est très important de démarrer les nouveaux lots avec des circuits assainis et traités et de poursuivre en appliquant un programme de désinfection de l'eau cohérent et efficace pour éliminer les risques bactériens. 

  •  Le poulailler doit être préchauffé

Comme les bébés, les dindonneaux ne sont pas capables de réguler leur propre température corporelle. Pour s'assurer qu'ils aient suffisamment chaud après la transition, une période de préchauffage du poulailler pendant 24 à 48 heures est recommandée. Par temps de grand froid, cette phase devrait être prolongée jusqu'à 72 heures. 

  • La bonne disposition du chauffage, des distributeurs de nourriture et des abreuvoirs est importante

Il est impératif d'offrir à vos dindonneaux un accès facile à l'eau et à la nourriture. Les distributeurs et abreuvoirs doivent être répartis de façon régulière sur l'ensemble de la surface, et leur nombre dépendra de la quantité d'oiseaux placés. Pour le système de chauffage, votre objectif sera d'obtenir une température homogène sur l'ensemble des espaces où vous souhaitez attirer vos dindonneaux. 

Ces sujets essentiels et d'autres informations très utiles peuvent être retrouvés sur le site des Ressources Hybrid, à l'adresse suivante : www.resources.hybridturkeys.com/fr. 

Après la livraison – souci permanent du bien-être et de la santé des oiseaux

  •  Les conditions et l'environnement doivent être maîtrisés

Le niveau d'humidité et la teneur en gaz doivent être contrôlés régulièrement pour assurer le confort optimal des dindonneaux. Conditionner les flux entrants lorsqu'ils passent de l'extérieur à l'intérieur du poulailler est l'une des meilleures façons de garantir la qualité de l’air.

Il est tout aussi important de contrôler les niveaux de monoxyde et de dioxyde de carbone, aussi bien pour la santé de vos dindonneaux que pour la vôtre. Un environnement sain présente des niveaux de CO2 inférieurs à 2500 ppm, et de CO inférieurs à 25 ppm.

  • Les oiseaux vous parlent, il faut savoir les écouter

Le comportement de vos dindonneaux est l'indicateur le plus fiable quant à leur bien-être. Il peut être évalué directement ou indirectement. Les mesures indirectes s'intéressent par exemple à la consommation alimentaire, à l'activité, et au niveau de bruit que font les dindonneaux. S'ils sont répartis de façon à peu près homogène dans le poulailler, s'ils bougent beaucoup, s'ils accèdent facilement à l'eau et à la nourriture, c'est qu'ils vont bien et sont à l'aise dans leur environnement. Si vous préférez obtenir une mesure plus directe de leur bien-être, vous pouvez mesurer la température corporelle des dindonneaux grâce à un thermomètre de ventilation. Au cours des premiers jours, la température corporelle devrait osciller entre 39,4 et 40 °C. 

Veiller au bien-être de vos dindonneaux peut faire penser à un numéro d'équilibriste qui demande beaucoup de travail – et chaque lot est légèrement différent des autres. Mais lorsque à voir s'épanouir des oiseaux contentés à tous les niveaux, vous pourrez être fier(ère) du travail accompli, et satisfait(e) de savoir que tous les éléments sont à présent réunis pour un lot qui sera et restera performant. 

Pour en savoir plus sur mes recommandations, téléchargez mon livre blanc sur les Facteurs déterminants de la qualité de démarrage des dindonneaux, ou consultez les Ressources Hybrid Turkeys sur http://www.resources.hybridturkeys.com/fr/brooding-whole-room.