greenhouse gas trial pens 2017

Publié le 30 Août 2018

Améliorer l'efficacité alimentaire diminue les émissions de gaz à effet de serre chez les dindes

Des améliorations dans l’efficacité de la conversion alimentaire ont depuis longtemps été intégrées aux programmes de sélection pour compenser le coût élevé de l’alimentation. Une utilisation plus efficace de l’alimentation peut être facilement reliée à des gains financiers.  De manière non officielle, nous avons nous aussi effectué des recherches sur les avantages que de telles améliorations de l’efficacité pourraient apporter, à long terme, pour l’environnement. Notre invitée, Lilian Schaer, a écrit l’article ci-dessous pour la Livestock Research Innovation Corporation (LRIC). L’article évoque les recherches menées par Hybrid Turkeys et l’Université de Guelph concernant les effets qu’a l'efficacité de la conversion alimentaire sur les émissions de gaz à effet de serre chez les dindes.

Les impacts sur l’environnement de la production de bétail et de volaille sont un défi pour l’agriculture. L’ammoniac, en plus des gaz à effet de serre comme le protoxyde d’azote, le dioxyde de carbone et le méthane, sont des sujets majeurs de préoccupation.

Une prise de conscience accrue de l’impact des gaz à effet de serre sur le changement climatique a amené les producteurs de dindes de l’Ontario à se pencher de plus près sur les émissions provoquées par leurs volailles. Ils se sont demandés si l’efficacité alimentaire ou les caractères de la production pouvaient avoir un impact sur ces émissions. 

« Nous voulions essayer d'identifier des variations dans les émissions de gaz à effet de serre directement au niveau des oiseaux, explique Ben Wood, professeur auxiliaire et généticien chez Hybrid Turkeys, qui a dirigé le projet. Dans la production de bétail ruminant, par exemple, c’est un outil de sélection génétique. » 

Wood et son équipe de chercheurs ont trouvé qu’une lignée génétique de dindes avec une haute efficacité alimentaire émettait moins de gaz à effet de serre par kilo de production qu’une lignée génétique avec une efficacité basse. C’était évident au niveau des lots, mais c’était beaucoup plus difficile à détecter individuellement chez les oiseaux. 

Les dindes sont sélectionnées génétiquement pour une haute efficacité alimentaire, ce qui signifie qu’elles consomment moins de nourriture et font un meilleur usage des nutriments disponibles tout en produisant davantage de viande, ce qui, au final, se traduit par des émissions plus faibles.

« Des gaz à effet de serre sont créés en grande quantité dans le fumier produit par les dindes, mais si vous arrivez à produire moins de fumier, vous aurez également moins de nutriments perdus dans les déchets, déclare Wood. Les déchets sont l’endroit où sont produits le gros des gaz à effet de serre, lorsque les bactéries y décomposent les protéines d’azote. C'est ce procédé qui génère des gaz à effet de serre. »

L’équipe de chercheurs, qui comprenait l’étudiant diplômé Clayton Gionet, a testé des dindes provenant de deux populations génétiques différentes (dix dindes à haute efficacité et neuf à basse efficacité alimentaire). Les dindes ont été alimentées en nourriture et en eau et elles ont été suivies dans des enceintes où les conditions environnementales étaient identiques pour les deux groupes. 

Sur une période de 28 jours, les données des émissions d’ammoniac, de méthane et de dioxyde de carbone ont été collectées. Une analyse des excréments a été menée, et le poids des dindes et leur prise de nourriture ont fait l’objet d’un suivi afin d’établir le taux de conversion alimentaire de chaque oiseau. 

Des estimations d’émissions ont été calculées pour l’ammoniac, le méthane et le dioxyde de carbone. Elles ont montré que les dindes à basse efficacité alimentaire produisaient ces gaz à des niveaux plus élevés de 51,2 %, 40,1 % et 33,2 %, respectivement, que les dindes à haute efficacité. 

La production d’ammoniac et de méthane, en particulier, était corrélée à la production de fumier. Comme la totalité des dindes étudiées consommait le même type de nourriture et vivait dans des conditions semblables, il est possible d’attribuer aux différences de caractères de la production la différence dans le volume de fumier produit. 

Ben Wood

Pour les producteurs, le point essentiel ici est que la sélection traditionnelle en vue de l’efficacité alimentaire fonctionne pour réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de la production des dindes, explique Wood. C’est un petit début, mais un grand premier pas pour nous aider à comprendre en quoi les taux de conversion alimentaire peuvent avoir un impact, direct et indirect, sur les émissions.

Ben Wood
Dr. Ben Wood
Généticien, Hybrid Turkeys

Fort de ce savoir, le secteur peut prendre d’autres mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, par exemple, des manières différentes de traiter la litière. « Beaucoup de travail peut être fait au niveau des bâtiments, mais nous continuerons à sélectionner en faveur de la conversion alimentaire, et donc, nous continuerons à faire des progrès dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre causées par la production de dindes », ajoute Wood. 

Ce projet a été financé par le Canadian Poultry Research Council, Turkey Farmers of Canada et Turkey Farmers of Ontario.

Cet article a paru initialement dans le numéro d’avril 2018 du Canadian Poultry Magazine. Reproduit avec l’autorisation du magazine.

Articles associés

, by
Jolanda VAN HAARLEM nommée au poste de Directrice Générale de Hendrix Genetics

Hendrix Genetics, entreprise internationale de génétique animale multi-espèces, annonce la nomination de Jolanda van Haarlem au poste de Directrice Générale. Elle rejoindra Hendrix Genetics à compter…

, by
Nouvel outil de calcul de ventilation Hybrid Turkeys

La ventilation est un outil de gestion clé afin d’obtenir des lots de dinde heureux et en bonne santé qui seront performants. Indépendamment de la météo extérieure, l’objectif est de maintenir un bon…

, by
Hybrid Turkeys inaugure son nouveau Complexe Pedigree Européen

Fin 2019, nos premiers lots de dinde pedigree Hybrid Turkeys étaient mis en place dans notre nouveau complexe pedigree européen basé en France. Une étape clé qui montre nos efforts pour continuelleme…